La famille jungle

Madeleine Rogers
2017
R728f

Album tout carton proposant une balade au coeur de la jungle à la découverte de la faune qui s’y anime du lever du soleil à la tombée de la nuit. Alors que les chimpanzés multiplient les pirouettes dans la canopée, les rainettes sautent avec légèreté sur les feuilles de palmier, les toucans savourent les fruits grappillés dans les arbres et les perroquets jacassent en déployant leurs ailes sous le soleil. Mais, soudain, le silence se fait… Quel prédateur guette donc dans la forêt? Une page documentaire propose au final un fait étonnant sur chaque espèce rencontrée au fil de l’ouvrage. [SDM]

Un album d’éveil invitant à une pimpante rencontre avec la faune de la jungle. Le texte rimé d’une belle expressivité tient en une phrase par double page, que l’on a intégrée à des collages de synthèse campés dans une jungle luxuriante dont les motifs, les lignes stylisées et les couleurs pétillantes évoquent subtilement l’origami. [SDM]

Les véhicules

Les véhicules
2017
F755v

Imagier proposant aux tout-petits d’étoffer leur vocabulaire sur le thème des véhicules et moyens de transport. Onze d’entre eux se dévoilent au fil des pages, introduits par une courte phrase soulignant l’une de leurs particularités. Toutes les images sont réunies sur la dernière double page afin de permettre de consolider les acquis, tandis que quelques questions renvoient le tout-petit à son propre quotidien. [SDM]
Un album d’éveil de facture très soignée, qu’animent de jolies illustrations auxquelles la palette employée et des motifs évoquant parfois l’art primitif confèrent une petite touche rétro pleine de charme. Les surfaces vernies rehaussant le graphisme ajoutent encore à la beauté de cet ouvrage à l’esthétisme travaillé, qui se décline sur des pages cartonnées aux coins arrondis. [SDM]

Dingosaures

Raphaël Fejtö
2017
F311d

Cet album offre une galerie de dinosaures fantasques : le câlinosaure qui se nourrit de bisous, le bobosaure avide de combats, le proutosaure à l’odeur redoutable, le crétinosaure qui mange tout ce qu’il trouve et le snifosaure aux larmes de crocodile.

Je t’aime gros comme ça

Paul Martin
2015
M382j

Cartonné mettant en scène une déclaration d’amour à la fois poétique et amusante. Chaque « je t’aime », décliné sous différentes formes, fait l’objet d’une double page avec une saynète fantaisiste qui en souligne son aspect poétique et humoristique: « Je t’aime avec la grâce d’un éléphant », « Je t’aime léger comme un cachalot », « Je t’aime bête comme un hibou en chaussettes », etc. Format carré. [SDM]

Le grand livre des câlins

Guido van Genechten
2006
G326g

Comme Tommy et sa maman, tous les animaux apprécient les câlins. Et tous ont leur façon bien particulière de manifester leur tendresse, que ce soit par des accolades, des câlins du bout du bec, des cajoleries avec la trompe, des roulades au sol… [SDM]
Critique : Des peintures naïves cernées de noir mettent en scène ces moments de douceur. [SDM]

 

Animosaïcs : sauras-tu les trouver tous ?

Surya Sajnani
2017
793.9 S158a
Pour s’initier au monde animal et jouer à chercher et dénombrer jusqu’à 10 !
En bas de chaque page, l’enfant est invité à chercher plusieurs animaux avec un jeu de dénombrement jusqu’à 10 : «  peux-tu voir les 5 vers de terre ? Les trois lapins, etc.  » Les illustrations captent immédiatement le lecteur par leurs couleurs et leur originalité : l’illustratrice s’inspire des formes géométriques et de l’art de la mosaïque et son style créée tout l’intérêt du cherche et trouve par un savant jeu de creux et de relief et de coucou caché. Un bel ouvrage qui encourage l’interactivité et que les grands  prendront autant de plaisir à regarder que les petits.

À bras cadabra !

Jean Maubille
2017
M447a
Le bébé réclame les bras de son père. Alors ce dernier se transforme et l’enfant se retrouve dans la poche du kangourou, sur le ventre du singe ou dans la gueule du loup.

Hier, je t’ai…

Mies van Hout
2013
H844h
Reprenant le mode des magnifiques «Aujourd’hui je suis» et «Aujourd’hui on va», cet album rassemble douze saynètes au fil desquelles Maman Oiseau raconte l’enfance de son petit à travers, depuis sa naissance jusqu’à son départ du nid familial. Un seul mot par page suffit à commenter ces moments privilégiés, partagés entre une mère aimante et l’enfant qu’elle a espéré, attendu, découvert, nourri, consolé, dorloté, supporté, écouté, encouragé et laissé s’envoler… [SDM]
Critique : Une ode à l’amour maternel, débordante de tendresse et de sensibilité, qui est portée par les portraits délicieusement expressifs des volatiles que l’on a croqués sur fond noir à l’aide de pastels aux tonalités chatoyantes. Un album d’une simplicité savamment étudiée, dont les tableaux joyeusement gribouillés portent une griffe enfantine qui ne rendra que plus aisée l’identification des tout-petits. Ceci tandis que les mots, rédigés d’une typographie manuscrite, deviennent ici et là le repaire de quelques volatiles turbulents et rigolos, qui ajoutent une petite touche d’humour à l’ensemble. Chapeau! [SDM]

Les chaussettes

Matthieu Maudet
2016
M447c
C’est l’heure de partir en promenade, mais Josette ne trouve pas ses chaussettes. Pieds nus et mains sur les hanches, la petite rouquine se lance à la recherche de ses vêtements sous le regard du teckel de la maisonnée. C’est le début d’une course poursuite mouvementée, car ses bas ont chacun leur personnalité et n’ont pas l’intention de se laisser attraper aussi facilement! [SDM]
Un album tout carton relatant la quête délicieusement fantaisiste d’une adorable rouquine en robe verte qui se heurte à des chaussettes qui s’animent sous la force de son imaginaire débordant. Poule qui s’enfuit en caquetant, minimonstre rouge qui menace de lui croquer les doigts, girafe à taches bleues, renne, cochon ou crocodile sont au nombre des petites créatures rigolotes ou adorables que l’on découvre au détour du panier à linge sale, puis sous le lit d’une chambre d’enfant. L’aventure se conclut dans la bonne humeur alors que la fillette enfile deux chaussures dépareillées et que sa maman (ou son papa) relance l’aventure en lui demandant d’aller chercher ses bottes! Le texte, entièrement dialogué et nourri d’onomatopées, est intégré à des saynètes minimalistes, qui allient un trait rond à des aplats pimpants pour animer le tout à la hauteur d’un regard d’enfant. Une tranche de vie quotidienne revue avec une belle dose d’humour et d’originalité! [SDM]