C’est l’histoire

Anne Crausaz
2017
C897c

Singe, Éléphant, Souris et Lapin attendent l’arrivée de madame Ourse, qui a l’habitude de leur raconter une histoire par semaine. Nous en découvrons quatre en leur compagnie. Chaque fois que madame Ourse commence à lire, en deux temps trois mouvements, toute la bande part en expédition vivre des aventures extraordinaires. [SDM]

Détective mystère

Julia Donaldson
2018
D676d

Mystère est une chienne dotée d’un odorat extraordinaire qu’elle exploite quotidiennement afin d’aider son jeune maître, Timothée, à retrouver des objets égarés. Or, le lundi, c’est jour de congé: elle accompagne le bambin à l’école pour se délecter de l’odeur des livres d’histoires que lui racontent les enfants. Mais, aujourd’hui, catastrophe! Les livres ont disparu! Ni une, ni deux, la chienne se lance dans une course effrénée, remontant la piste du voleur à travers la ville, la prairie, la forêt et les sous-bois… [SDM]

La petite fille qui inventait des histoires

Pamela Zagarenski
2016
Z18p

Album où l’on suit une petite fille adorant la lecture qui, alors qu’elle rentre chez elle avec un livre magique emprunté à l’école, échappe en chemin toutes les lettres du texte par mégarde. Un renard qui la suit s’empare alors de ces mots épars et la suit jusque chez elle. Lorsque la fillette découvre qu’il n’y a pas de texte dans son livre, une brise lui murmure qu’elle peut imaginer une histoire et que les images la guideront, bien qu’il n’y ait pas particulièrement de règles à suivre. La fillette se laisse alors emporter par son imagination et par les images qui l’inspirent pour inventer la visite d’un ours bleu et d’un lapin qui joignent la quête d’un homme se rendant, en grand secret, avec d’autres bêtes, chez un tigre qui leur fait une requête: organiser une grande fête. La fillette s’endort dans cette féerie. À son réveil, elle se rend à l’école et croise le renard qui lui rend les lettres de son livre, en échange d’une faveur: l’aider à attraper les fruits d’une vigne. [SDM]

Ce conte empreint d’une mystérieuse poésie amène le lecteur à participer à la démarche créative de l’héroïne, puisque seules des amorces de cette histoire à inventer sont présentées au bas des grandes illustrations où s’organise peu à peu cette fête. On y fait l’apologie de l’imagination, tout en marquant chaque étape de cette création littéraire par des mots clés qui en guide l’élaboration (La visite de l’ours bleu, le secret, la quête, la requête du tigre, la fête d’anniversaire, le manteau magique, la clé d’or). On notera de plus que la fillette est représentée vêtue d’un chandail rouge à capuchon, ce qui fait écho à une autre célèbre héroïne des contes de fées, et qu’elle est à son tour couronnée au dénouement de l’histoire. Des jouets, qui participent à cette rêverie, sont aussi présents autour d’elle. Des peintures oniriques aux tonalités mordorées et combinant des éléments de collage à des décors féeriques, riches de multiples symboles, animent le tout avec douceur et fantaisie. [SDM]

Les vieux livres sont dangereux

François Gravel
2017
G775v

Mathieu n’est pas passionné par les livres à première vue, mais lorsque son enseignant le surprend à dormir dans le cours de français, il l’invite à aller continuer sa sieste à la bibliothèque. Mathieu y rencontre le bibliothécaire Viateur Leclerc, qui lui offre vingt dollars de l’heure, s’il accepte d’élaguer des livres le week-end. Le samedi suivant, le garçon commence le travail, mais M. Leclerc ne revient pas à midi, comme convenu. Le temps passe, Mathieu est pris au piège et menacé par la faim et la soif. En cherchant à s’échapper, il fait des découvertes étonnantes. Il se pourrait que les finissants de 1909 n’aient jamais vraiment quitté l’école. [SDM]

Un petit roman d’horreur dans lequel règne une ambiance inquiétante. Pendant que Mathieu travaille au milieu des vieux bouquins, nous découvrons une foule d’informations inusitées tirées de l’histoire, qui montre que les livres appartenant au passé donnent parfois un peu le frisson. Les illustrations, en noir et blanc, montrent ce qu’il y a dans les vieux volumes que le garçon découvre, ce qui donne un cachet ancien à ce roman jeunesse. L’aspect horrifique tient essentiellement à la séquestration, mais un jeune lecteur devrait y trouver davantage un bon suspense que de véritables frayeurs. [SDM]

Nous sommes dans un livre!

Mo Willems
2018
W699n

Gérald et un pachyderme plutôt réservé et réfléchi, tandis que Rosie est une petite truie impulsive et pétillante de vie. Tous deux sont les meilleurs amis du monde et réussissent, grâce à leurs caractères complémentaires, à dénouer les petits drames du quotidien. Dans cet opus, ils se sentent subitement observés et découvrent avec joie qu’ils sont les héros d’un livre. Espiègle, Rosie entreprend de faire dire le mot « banane » au lecteur, puis de le lui faire répéter, et ce, sous les éclats de rire de Gérald. Malheureusement, toute bonne chose a une fin… [SDM]

Un album savoureux, porté par l’humour pince-sans-rire propre à Willems, qui met en scène avec une savante économie de moyens les tribulations de deux copains des plus attachants, dont les mimiques et postures, esquissées de quelques traits de crayons, suffisent à susciter le rire. Une chute inattendue et pétrie de bonne humeur clôt cette aventure relatée en à peine une phrase ou onomatopée par page, au terme de laquelle les héros invitent les lecteurs à les relire pour que l’aventure ne prenne jamais fin. Le court texte, hautement expressif, est rédigé en gros caractères, dans des phylactères pastel (roses pour Rosie, gris pour Gérald) que l’on a intégrés aux tableaux minimalistes campant les héros stylisés dans des décors réduits à l’essentiel (parfois même inexistants). Une très belle réussite! [SDM]

Trois loups dans une bibliothèque

Alain Serres
2017
S488t

La bibliothécaire Noasette veut attirer les enfants pour une heure du conte, mais ce n’est pas facile. Heureusement, la figure du loup conteur va fonctionner. Chaque semaine, un énorme loup raconte aux enfants une nouvelle histoire, mais ceux-ci réalisent bientôt que Noasette est cachée sous le costume. Par contre, tous les enfants veulent maintenant devenir bibliothécaire, quand ils seront grands. [SDM]

Des crayonnés et des collages illustrent cette activité en bibliothèque, qui contient aussi quelques histoires mises en abyme. [SDM]

Qui l’eût cru!

Suzuki Noritake
2017
S968q

En regardant, par la fenêtre de sa chambre, son quartier, un jeune garçon perdu dans ses pensées croit qu’il n’a aucun talent particulier et qu’il envie le rhinocéros, par exemple, pour la luisance de sa peau. Aussitôt, nous nous retrouvons avec ce dernier, qui nous assure que sa nature n’est pas enviable, mais qu’il aimerait également être un autre. Tous les animaux ainsi convoqués trouvent que leur nature n’est pas idéale. De telle sorte que l’on croit souvent à tort que l’herbe est plus verte chez son voisin. [SDM]

L’album présente des animaux, parfois dans leurs habitats naturels, parfois coincés dans une maison trop exiguë, qui affichent des figures généralement mélancoliques, mais également douces et amusantes. Les illustrations sont des peintures réalistes à l’acrylique. [SDM]

Je l’attends, je l’attends…

Pef
2017
P375j

Une fillette ne cesse de se répéter « Je l’attends… je l’attends… », mais quel est cet objet ou cette personne qu’elle espère si ardemment? Elle se demande si, comme tout le monde, il lui parlera seulement de la pluie et du beau temps, s’il va plaire à ses parents, s’il la fera rire ou éclater en sanglots, s’il l’aidera à reconnaître ses ennemis, s’il lui permettra d’imaginer une autre façon de voir la vie. Est-ce un ami? Est-ce le grand amour? Une chose est sûre, le lecteur pourra trouver réponse à ses propres questions à travers les pages de ce livre. [SDM]

Un charmant album qui, au fil des questionnements de la petite fille et de la répétition de sa phrase « je l’attends », amène le lecteur à se demander lui-même qui peut bien faire voir la vie en noir ou en couleur, faire rêver le jour et faire voyager la nuit. La dernière double page dévoile la réponse lorsque la jeune rouquine enlace le livre que le lecteur tient entre les mains, tandis qu’une série de croquis la montre en train de traîner celui-ci partout avec elle. Les illustrations de Pef puisent dans une palette colorée et se veulent un savant mariage d’aquarelle, de peinture et de pastel sur papier texturé, dans lesquelles se glissent quelques références, dont une reproduction du tableau «American Gothic» et une scène de la fable «Le corbeau et le renard». [SDM]

Ce livre n’est pas le bon!

Richard Byrne
2016
B995c

Bella et Bruno s’amusent à sauter à cloche-pied lorsqu’ils se retrouvent soudainement projetés hors de leur livre. S’amorce alors une aventure des plus fantaisistes pour retrouver leur chemin. Les deux protagonistes se retrouveront ainsi dans une bande dessinée, un documentaire sur l’Égypte, une livre d’instructions, etc. [SDM]

Des dessins naïfs de synthèse, campant des personnages à la tête disproportionnée, donnent vie à cet album ludique et amusant. La lecture est égayée par quelques jeux. Couverture souple. [SDM]

Ti-Jos Connaissant

Jennifer Tremblay
2017
T789t

Jour après jour, Ti-Jos Connaissant se fait une joie de partager son grand savoir avec ses trois voisins, Bill, Bob et Lili, qui le prient d’éclairer leur lanterne sur des sujets très diversifiés, du nouage de lacets à la manière d’allumer un feu de bois. Mais, un jour, le trio soumet à Ti-Jos une question à laquelle il n’arrive pas à répondre: Pourquoi les oiseaux chantent-ils? Très humblement, celui qui constitue une référence pour ses camarades doit, pour la première fois, admettre qu’il ne sait pas. Troublé par la déception qu’il a lue dans le regard de ses interlocuteurs et bien décidé à ne pas rester dans l’ignorance, il quitte sa campagne natale pour la grande ville, où il espère trouver la réponse à la question qu’il ressasse sans arrêt. Sa quête prendra fin à la bibliothèque, un univers fabuleux où il cultive son savoir pendant des jours, des mois et des années avant de rentrer chez lui et d’offrir une réponse à ses anciens voisins… [SDM]

Critique : Une ode débordante de charme à l’importance des livres et à la profonde satisfaction que procure le savoir, qui offre au final une réponse poétique à la question posée au héros: « Les oiseaux chantent parce qu’on les écoute ». Cette chute est tout à fait dans le ton de l’album auquel donnent vie les tableaux pétillants de Béha, qui marie à sa palette chatoyante des éléments de collage ainsi que de pétillants gribouillis à la plume afin de camper la quête de l’attachant protagoniste dans des décors urbains fantasmagoriques où la présence omniprésente d’oiseaux et de partitions musicales rappelle efficacement l’objet de l’enquête en cours. Ceci avec une touche de fantaisie puisque les volatiles y prennent la forme de couverture pendant une nuit d’insomnie de Ti-Jos, mais également en feuillage d’arbres ou en bouquins échappant aux mains du héros. [SDM]