Nina

Alice Brière-Haquet
2015
B858n

Album au cours duquel on suit l’histoire de Nina Simone qui raconte à sa fille Lisa comment elle est venue au monde noire sur des draps blancs, accueillie avec amour par sa mère, puis a grandit avec un piano dont elle examinait avec perplexité les touches blanches et noires, ces dernières « comme coincées dans le clavier ». (cf. p. [7]). Elle explique ensuite comment elle s’est butée à la ségrégation qui l’obligeait à céder sa place dans l’autobus, comme en solfège, parce qu' »une blanche valait deux noires ». (cf. p. [8]). Or, pour Nina, la musique n’est pas raciste: « il suffisait que les notes se mêlent, dansent ensemble dans l’air pour que le mensonge disparaisse ». (cf. p. [10]). Puis les années ont passé et elle a donné un concert où elle a refusé de jouer si sa mère ne pouvait s’asseoir au premier rang. Plus tard, un certain Martin Luther King a fait ce rêve d’un monde égalitaire possible dont on doit, encore aujourd’hui, prendre soin. [SDM]

Un album sur une grande dame de la musique jazz et militante pour les droits civiques aux États-Unis, illustré de crayonnés en noir et blanc qui campent, en de délicats clairs-obscurs, cette ode à l’égalité entre tous. [SDM]