Max au secours de Théo

Olivier Challet
2016
C437m

Max s’inquiète pour Théo, un camarade de classe qui a rejoint l’école au milieu de l’année, qui ne se mêle pas beaucoup aux autres et qui enchaîne les absences autant que les blessures en affirmant qu’il a déboulé l’escalier ou qu’il s’est pris une porte au milieu du front. Alors que les autres garçons se moquent de sa maladresse, Max est convaincu que quelque chose ne tourne pas rond et entreprend de tirer l’affaire au clair. En prenant le jeune garçon en filature jusque chez lui, il surprend le père de ce dernier à menacer son épouse et son fils au cours d’un dialogue d’une grande violence. Le lendemain, Théo ne se présente pas à l’école. Max décide de se présenter chez lui avec ses copains, Benoît et Simon, afin de prendre ses nouvelles. Le père de famille les accueille chaleureusement en affirmant que son fils est tombé dans la salle de bain, mais qu’il sera très bientôt remis. Devant l’air si sympathique de son interlocuteur, Max se surprend à douter de lui-même et se demande s’il n’a pas tout imaginé. Mais les jours qui suivent lui donnent raison d’avoir gardé l’oeil ouvert… [SDM]

Un petit polar de lecture facile, narré dans un style simple par le jeune Sherlock Holmes en herbe. Cette nouvelle enquête est l’occasion de sensibiliser les jeunes lecteurs à la violence familiale, dont les mécanismes insidieux et le cycle infernal (constitué de quatre phases) sont d’ailleurs décrits avec réalisme au fil de la trame. Cette dernière met également en lumière la manière dont les agresseurs manipulent leurs victimes et leur entourage, ce qui complexifie par le fait même l’intervention des autorités compétentes. Quelques raccourcis permettent ici à l’intrigue de se dénouer de manière heureuse grâce à l’intervention du directeur et de la travailleuse sociale de l’école, qui ont été mis au parfum de la situation par Max. Quelques vignettes stylisées de Rémy Simard ponctuent quant à elles le texte de ce roman qui pourra servir d’outil d’intervention en incitant les jeunes à briser le mur du silence. [SDM]