L’enfaon

Éric Simard
2010
S588e

Dès le premier regard, Leïla est tombée amoureuse de L’enfaon, un garçonnet qui a été sauvé d’une maladie mortelle en se faisant greffer des gènes de faon. Tous les matins, une voiture du Centre des humains génétiquement modifiés le conduit à l’école, sous le regard de Leïla qui donnerait n’importe quoi pour qu’il la remarque. Hélas, L’enfaon est constamment perdu dans ses rêveries, conscient d’être différent et de ne pas percevoir le monde comme tous ses camarades. Très compréhensive, la maîtresse accorde toutefois beaucoup de liberté à ce jeune élève très intuitif et amoureux de la poésie, le laissant évoluer à son rythme. Lentement, à coup de patience, de compréhension et d’amour, Leïla réussira à gagner la confiance de L’enfaon et à pénétrer son univers, mais également à l’aider à affronter les esprits obtus et leur bêtise. [SDM]

Critique : S’insérant dans une collection de courts romans destinés à ouvrir les portes de la science-fiction aux jeunes lecteurs, un récit profondément émouvant qui propose une réflexion poétique sur la différence et les manipulations génétiques tout en explorant avec une sensibilité et une justesse extraordinaires les premiers émois amoureux. L’amour triomphe d’ailleurs dans le cadre de la chute finale, alors que la narratrice devenue adulte présente les enfants qu’elle a eus avec L’enfaon. Un texte magnifique, pétri d’espoir et profondément humain. Une excellente introduction au genre. [SDM]