Le voleur de souhaits

Loïc Clément
2017
BDJ C626
Alors que ses pairs collectionnent les timbres, les papillons ou les pièces de monnaie, Félix, lui, collectionne les souhaits que font les gens en éternuant. En prononçant la formule « à mes souhaits » et en étant remercié pour cette formule de politesse à laquelle personne ne porte véritablement attention, il s’approprie en effet les voeux formulés, qu’il enferme dans des bocaux et conserve précieusement dans son immense bibliothèque. Ceci jusqu’au jour où il rencontre la jolie Calliope, qui affirme n’être animée d’aucun rêve tout en lui faisant réaliser, par la même occasion, qu’il a, lui, passé toute sa vie à rechercher ceux des autres sans jamais s’interroger sur les siens. En se côtoyant dans la banalité du quotidien, les deux jeunes gens chemineront ensemble et se découvriront finalement un rêve commun, qui s’impose à eux avec le plus grand naturel… [SDM]
Un superbe conte sur la quête du bonheur, qui tient finalement à très peu de choses, à savoir le plaisir que l’on éprouve à partager sa vie et les aléas du quotidien avec l’être aimé. Le texte, sensible et d’une délicate poésie, se fait discret et laisse une grande place au graphisme semi-réaliste d’une grande douceur, qui donne à suivre les protagonistes au faciès très expressif dans les décors soignés de différents quartiers de la capitale française. Quelques escapades dans de petits coins bucoliques (un étang, une plage au soleil couchant, une forêt automnale…) viennent également ponctuer cette fable magnifique, presque entièrement relatée au passé simple dans des encadrés narratifs et livrée dans un découpage très aéré. Un dossier de quelques pages sur la genèse et le « making-of » de l’album (de l’idée à la colorisation finale) clôt le tout. [SDM]