Le Raboultaf

Yann Walcker
2017
W155r

Dans cet album, Alice-Malice s’ennuie au Pays Parfait, où tout est si propre et si bien rangé que les arbres sont peignés avec une raie au milieu et que les crottes de chien sentent bon la lessive. Le fait qu’elle désire parcourir le monde fait désespérer sa famille, qui ne comprend pas pourquoi elle visiterait des lieux qui ne sont pas aussi idylliques que celui où ils vivent. Qui plus est, sa mère lui dit que de terribles Raboultafs infestent les montagnes et les rivières, de sorte que sa fille fait des cauchemars toute la nuit. Or, elle est justement réveillée par un Raboultaf perdu qui gratte à la fenêtre de sa chambre. Loin de ressembler au monstre décrit par ses parents, la créature s’avère douce et gentille et Alice-Malice prend soin d’elle, la réchauffant, lui donnant à boire et à manger. Malheureusement, sa mère découvre le Raboultaf le lendemain, ce qui occasionne la panique dans tout le village et l’emprisonnement de l’inoffensive créature. Grâce au dévouement d’Alice-Malice, son incarcération sera de courte durée et l’héroïne découvrira un fabuleux pays qui accepte les étrangers les bras ouverts. [SDM]

Doux album qui propose une leçon d’ouverture sur le monde et sur les étrangers, qui peuvent sembler effrayants lorsqu’on ne les connaît pas vraiment et qu’on écoute les histoires de ceux qui ne font pas preuve de tolérance. Bien que campée dans un monde fantaisiste peuplé de créatures bipèdes au pelage coloré et aux beaux yeux, cette histoire évoque sans détour une problématique réelle, la xénophobie, que l’enfant peut combattre à sa manière en se montrant compatissant envers ceux qui ne sont pas aussi choyés que lui. Les illustrations proposent des décors vivement colorés, dont les aplats sont ombrés de traits de crayon noir. De même, de mignons néologismes viennent qualifier les actions des Raboultafs, ce qui les rend tout à fait attachants. [SDM]