Le loup qui enquêtait au musée

Orianne Lallemand
2015
L197L

C’est à contrecoeur que Loup accepte d’accompagner sa louve chérie et leurs copains au musée. Alors que la petite bande se joint sagement au tour guidé de Maître Hibou, le canidé s’éloigne en compagnie de Barnabé, le pétillant gardien des lieux, qui promet de lui faire découvrir une oeuvre qui lui plaira. Mais voilà que la sirène d’alarme résonne! Un masque tibétain unique au monde a été dérobé! Faisant ni une, ni deux, Loup seconde son nouveau copain dans son enquête! En remontant la piste du malfrat, il traverse des salles remplies de dodos, de squelettes de dinosaures, de sarcophages égyptiens et d’autres trouvailles fascinantes qui le conduisent à réaliser que les musées ne sont pas aussi ennuyants qu’il le pensait! Au final, il n’a qu’une envie: y retourner! [SDM]

Critique : Une histoire pétillante de dynamisme et de bonne humeur pour déconstruire les préjugés défavorables qu’entretiennent les enfants à l’égard des musées et leur faire découvrir les différentes facettes de l’art. De page en page, l’illustratrice s’amuse à revisiter des oeuvres de grands maîtres, représentant différents courants (Vélasquez, Arcimboldo, Klee, Vermeer, Picasso, la Vénus de Milo, Pompon, Matisse, Munch, arts primitifs, etc.) en conférant à leurs sujets des traits de loups. L’intrigue est par ailleurs l’occasion de rappeler avec subtilité que l’art émeut, transporte et fait voyager et qu’il existe un coup de coeur pour chaque visiteur, comme le découvre le héros en se voyant subjugué par un tableau du Douanier Rousseau. Des peintures naïves illustrent le tout avec expressivité en campant le bestiaire semi-humanisé, croqué d’un trait rigolo et agréablement stylisé, dans un musée où le voleur s’avère être Demoiselle Yéti, qui a vu dans le masque dérobé un souvenir de son défunt papa. Un album frais et sympathique, rehaussé d’une couverture matelassée. [SDM]