La montagne de livres

Rocio Bonilla
2017
B715m

Depuis qu’il est tout petit, Lucas est persuadé qu’il est né pour voler. Or, il a beau étudier le trajet des oiseaux et des avions, se construire toutes sortes d’ailes et demander au père Noël de recevoir quelque chose qui lui permettrait de planer dans les airs pour de vrai, ses attentes sont toujours déçues. Sa mère lui dit alors qu’il existe bien d’autres façons de s’envoler et lui remet un livre entre les mains. Pour Lucas, c’est le coup de foudre. Non seulement termine-t-il sa lecture d’une traite, mais il entreprend également de parcourir tous les bouquins de sa maison, et puis ceux de ses amis et de ses voisins. À mesure qu’il termine un livre, il le dépose sous lui, de sorte qu’il se crée une véritable montagne de volumes qui l’élève (littéralement) jusqu’au ciel. [SDM]

Critique : Une métaphore amusante selon laquelle l’imaginaire des livres permet à l’enfant de prendre son envol, la montagne de volumes du jeune héros devenant si immense que des gens des quatre coins du monde se déplacent pour la voir. On fait par ailleurs quelques clins d’oeil à des personnages issus de la littérature et de la culture populaire, dont le Petit Prince et King Kong, tout en recréant certaines scènes de livres classiques, comme celles de «Pinocchio» ou du «Le livre de la jungle», afin de mettre en images le monde intérieur que se constitue l’enfant lorsqu’il a le nez plongé dans un bouquin. Des aquarelles esquissées sur papier texturé, finement rehaussées à la mine et au crayon de couleur, tout en étant agrémentées de quelques taches et gribouillis, illustrent cet hommage comique à la littérature en créant un joyeux mélange de teintes ternes et lumineuses. [SDM]