My hero academia

Kohei Horikoshi
2016
BDF H811m

C’est une histoire qui se déroule dans un univers où la majorité de la population possède un superpouvoir. Et tout ce que j’aime découle directement de cela. Le fait que l’auteur doit déborder d’imagination pour inventer littéralement des centaines de superpouvoirs ET réussir à bien les intégrer dans l’histoire. Le fait que chaque personnage vit son pouvoir pleinement, et l’auteur réinvente la société autour de cela. C’est parfois comme si Superman utilisait son rayon pour se faire du pop-corn, c’est le genre d’usage et de logique qui se cache derrière chaque pouvoir imaginé et que n’importe qui ferait en réalité. Et le fait que chaque personnage respire de l’humanité: ils font des choix avec leur logique interne. Autant oui il y a un personnage principal, et autant l’histoire ne tourne pas uniquement autour de lui, les autres personnages sont importants et fascinants.

Vous savez, quand dans un livre on passe à deux histoires qui se déroulent en parallèle et qu’on préfère l’une par rapport à l’autre, et qu’on grogne un peu quand on doit lire un chapitre de l’histoire qu’on ne préfère pas ? Pas de ça ici, et on parle d’un livre où plusieurs histoires cohabitent sans se piétiner.

Pinkerton

François Samson-Dunlop, Alexandre Fontaine Rousseau
2011
BDF S193p

Deux trentenaires tombent célibataires et blâment tous leurs malheurs amoureux sur la musique des années 1990 : la musique de cette époque tient un discours pessimiste sur l’amour, donc cela les a conditionnés à avoir un regard sombre sur les relations amoureuses. L’album Pinkerton de Weezer devient l’archétype qu’ils devront combattre pour se soigner une fois pour toute.

La prémisse de la bande dessinée m’a fait rire et je n’ai pas arrêté durant la lecture. J’ai rapidement compris pourquoi on parle d’un classique instantané. La naïveté et le destin faussement tragiques des personnages les rendent très attachants. Les dialogues interminables, où sont disséqués dans le moindre détail des chansons de rock alternatif des années 1990, tiennent du génie.

 

Le voleur d’estampes

Camille Moulin-Dupré
2016
BDF M926v

Au Japon, à la fin du XIXe siècle, le Voleur mène une double vie : le jour, il travaille dans le restaurant familial, la nuit, il cambriole la colline aux palais. Un chassé-croisé se met en place lorsque la fille du gouverneur le découvre.

Dans la combi de Thomas Pesquet

Marion Montaigne
2017
BDF M761d

Ce livre… je ne pensais pas un jour lire un livre qui allait m’expliquer la formation entière d’un astronaute moderne ET me faire rire aux larmes. Ce livre y parvient. J’en sais maintenant beaucoup plus sur le métier le plus complexe sur Terre et ailleurs, et j’ai ri aux larmes. Un must pour tous les passionnés de l’humour et/ou de la science !

 

Crapule

Jean-Luc Deglin
2017
BDF D318c

Pour savoir si vous allez aimer ce petit livre, vous devez répondre oui à au moins l’une de ces questions : 1- Vous aimez les chats 2- Vous avez, ou avez eu, un chat 3- Vous avez dû accepter un jour un chat chez vous parce que quelqu’un chez vous en voulait un ou en avait un.

C’est tout. Chaque page de ce livre relate en 4 images une situation ô combien familière à vous, avec humour, simplicité, et un art à démontrer des émotions avec un chat entièrement noir, ce qui n’est pas évident.

Le mari de mon frère

Gengoroh Tagame
2016
BDF G329m

Une très courte série de mangas en quatre tomes qui raconte la vie quotidienne japonaise de Kana et de Yaichi, un papa divorcé et sa fille qui reçoivent la visite de Mike. Mike est le mari homosexuel du frère jumeau de Yaichi, veuf depuis peu et venu visiter la famille de son époux défunt.

Ce que j’adore de cette série, c’est à quel point les clichés d’exclusion sociale sont évités durant le récit. Plusieurs situations délicates sont bien sûr approchées, mais même les candidats idéaux pour y aller fort dans les émotions négatives sont extrêmement restreints, malgré leur « ignorance ». Pas besoin de blesser à coup de poing ceux qui sont ou défendent les homosexuels pour que l’on réalise toute la délicatesse et l’intensité émotionnelle qu’une histoire de ces eaux-là pourrait engendrer dans d’autres récits, films ou livre.

La part du lion de l’histoire, c’est le conflit interne de Yaichi qui voit sa fille s’attacher à Mike et qui s’inquiète de son influence sur elle. Qui repense à son frère homosexuel qui lui a choisi de s’exiler hors de son pays d’origine, en partie à cause de son orientation. Ses questionnements, ses inquiétudes, le tout avec une douceur et un réalisme positif très étonnant que je n’ai pas vraiment vus ailleurs jusqu’à maintenant. C’est plus ou moins l’équivalent que Juno a fait pour les grossesses en bas âge. Ce qui arrive est étonnant et sort de l’ordinaire oui, mais ce n’est pas une catastrophe.

C’est une série que je recommande à toute personne qui se « découvre » un(e) homosexuel(le) dans sa famille et qui n’est pas exactement à l’aise avec ça. Vos peurs, vos questionnements, vos inquiétudes également ne seront pas nécessairement abordés avec exactitude, mais je crois sincèrement que vous sortirez de votre lecture grandit et, espérons-le, en paix et en amour avec vos proches, peu importe leur orientation, ce qui est aussi le point central de la série. Si un jour cela venait à m’arriver, je crois bien que je reviendrai à cette série, et je crois que cela m’aidera.

Giant Days

John Allison
2017
BDF A438g

J’ai toujours détesté les histoires d’amour ou d’amitié à l’école. Plein de clichés, rien d’original, et ce n’est même pas agréable à lire. C’est des situations mal-à-l’aisantes, et on connaît la formule par coeur avant de lire les premières lignes.

C’est la première fois que j’aime ça. Giant Days suit les péripéties de trois jeunes adultes à l’université. Elles sont drôles, ont leur personnalité propre et sont beaucoup de choses sauf ennuyantes. Les personnages sont bien développés, les histoires crédibles, les réactions normales, les blagues drôles… même les dessins sont sublimes. Je réalise que pour ces histoires que j’ai souvent plus détesté qu’autrement, la qualité varie comme n’importe quoi. C’est simplement si dur maintenant de les rendre intéressantes. Cette bande dessinée y parvient haut la main, le tome 2 est aussi bon que le tome 1, et j’attends avec impatience le prochain tome.

Gérard : cinq années dans les pattes de Depardieu

Mathieu Sapin
2017
BDF S241g

M. Sapin rencontre G. Depardieu en Azerbaïdjan, en 2012, alors qu’il tourne un documentaire sur A. Dumas. Les deux hommes nouent des liens et l’acteur ouvre son univers et sa pensée à l’illustrateur, qui le suit sur ses tournages et dans ses voyages, du Portugal à la Russie en passant par la cuisine de son hôtel particulier à Paris.

Les brumes de Sapa

Lolita Séchan
2016
BDF S444b

Au Vietnam, Lolita, adolescente parisienne un peu perdue, fait la rencontre de Lo Thi Gôm, fillette de la minorité hmong. Malgré leurs différences, leur amitié les accompagne dans leur passage à l’âge adulte. Récit d’inspiration autobiographique.

Lolita Séchan est la fille du chanteur Renaud.