Catfish : une histoire de combats, de liberté et de courage

Maurice Pommier
2011
P787c

Il y a de cela de très nombreuses années, celui que l’on appelle aujourd’hui Vieux George a vu son village africain mis à feu et à sang par des guerriers à la solde de marchands d’esclaves. Au terme d’une pénible traversée effectuée dans des conditions inhumaines (qui coutèrent la vie à nombre de ses concitoyens), George est mis aux enchères et vendu au propriétaire de la plantation Purlin. C’est dans la porcherie du domaine qu’il découvre un jour un jeune esclave noir venu d’une plantation de canne à sucre antillaise qu’il prend immédiatement sous son aile. Réalisant que son protégé est un peu fluet, mais qu’il possède de très grandes habiletés manuelles, le vieil homme plaide sa cause auprès du « Blanc-qui-tape » (le régisseur de la propriété) afin qu’il soit affecté à l’atelier du tonnelier. Ce dernier apprend à l’enfant (rebaptisé Scipio) son métier, mais également à lire et à écrire. Et, quelques années plus tard, le maître et son apprenti profitent de la révolte des patriotes américains pour s’affranchir et ainsi ouvrir le chemin de la liberté à leurs descendants… [SDM]

Une oeuvre poignante qui dresse, avec beaucoup de sensibilité, le portrait de trois hommes dont les destinées se croisent et s’enchevêtrent afin de raconter la terrible histoire de l’esclavagisme et de la traite des Africains. Dédié à la mémoire de César Chelor (1720-1784), un esclave affranchi qui fut également l’un des premiers fabricants d’outils américains, l’album donne à suivre des protagonistes animés d’un courage et d’une volonté hors du commun qui rendent hommage à tous ces hommes, femmes et enfants qui furent cruellement exploités et traités comme de la marchandise par des propriétaires terriens sans scrupules. Sévices corporels, proximité, ventes aux enchères où les esclaves étaient totalement déshumanisés ou encore insalubrité des traversées effectuées sur des négriers où les morts sont nombreuses: rien n’est occulté au fil des pages, qui sont magnifiquement illustrées d’aquarelles réalistes, de frises et de délicates enluminures évoquant les précieux livres anciens. Tour à tour sépia ou pleines couleurs (afin d’illustrer le passé ou le présent des personnages magnifiquement campés), ces tableaux ajoutent à la puissance de cet ouvrage qui répond à un incontournable devoir de mémoire. Une facture des plus soignées (papier à gros grain, pages de garde réalisées à l’aquarelle, couverture embossée en ombres chinoises) sublime ce magnifique livre-objet qui se termine sur la généalogie fictive de Scipio et un clin d’oeil à Rosa Parks et Martin Luther King.

Un air de liberté à Congo Square

Carole Boston Weatherford
2017
W362a

Album racontant le labeur des esclaves noirs de la Louisiane, qui passent leurs journées à travailler dans les champs, à bâtir des constructions, à nettoyer la maison, à cuisiner et à s’occuper des enfants blancs. La seule pensée qui allège ce calvaire est la joie qu’ils ressentiront, le dimanche suivant, lorsqu’ils se réuniront à Congo Square afin de danser sur les airs de musique de leur pays, et, du lundi au samedi, ils comptent les jours jusqu’à ce moment précieux où ils retrouvent, l’espace d’une journée, leur liberté. [SDM]

Mandela, l’Africain multicolore

Alain Serres
2014
923.168 M271s

Un album qui lève le voile sur la longue lutte que mena Nelson Mandela contre l’Apartheid en Afrique du Sud et qui amena, après plusieurs années de rébellion et d’emprisonnement, à y faire reconnaître et respecter les droits des Noirs en ce pays alors dirigé par des Blancs. On illustre, de manière fort efficace, les années passées derrière les barreaux de cet inspirant militant et défenseurs des droits de l’homme, à travers de souples esquisses réalistes réalisées en deux tons et cernées de marges rouges. Ce passage, qui expose les divers combats que mena ce célèbre prisonnier politique, a été intercalé entre des panoramas aux couleurs gaies, symboles de sa vie portée par l’espoir d’une liberté pour tous. Des références supplémentaires fournies en fin d’album ainsi qu’un commentaire biographique permettent de saisir les étapes marquantes de son récit de vie qu’on a étayé de photographies et de documents d’archives. [SDM]

I have a dream

Martin Luther King
2013
323.092 K53i

Le 28 août 1963, perché sur les marches du Lincoln Memorial, Martin Luther King prononçait devant des centaines de milliers de personnes un discours qui allait rester dans les mémoires. Un discours dans lequel il exprimait son rêve de voir un jour la nation américaine se transformer en une oasis de liberté, d’égalité et de justice pour tous, peu importe leur religion ou la couleur de leur peau, et ce, en conformité avec la parole de Dieu. Cet exposé marquant est ici mis à la hauteur du jeune public au gré d’un texte scindé en de courtes phrases d’une belle puissance d’évocation qui en restituent l’esprit et les passages clés. Ceci tandis que la ferveur qui animait son orateur est transmise via des peintures réalistes qui exploitent judicieusement une grande diversité de plans et de cadrages permettant d’apprécier tour à tour les traits enflammés du pasteur, l’immensité de la foule rassemblée devant lui ou encore la beauté de ses quatre jeunes enfants, de rondes d’enfants souriants, de l’union solide d’une main blanche et noire, de magnifiques paysages de différents États ou encore d’un vol de colombes. Le discours intégral est quant à lui reproduit sur la dernière double page. Un album superbe et incontournable. [SDM]

Monsieur Chocolat, le premier clown noir

Bénédicte Rivière
2016
927.9133 C545r

Album où l’on présente le parcours de vie de Monsieur Chocolat, premier clown noir ayant connu un vif succès en Europe, après avoir fui Cuba où il était esclave avec ses parents. Vendu à un marchand portugais du port, Rafael se rend sur le Vieux Continent où il doit devenir domestique. Or, là-bas, il s’enfuit à nouveau et, après de multiples petits boulots et une vie d’errance, il devient mineur. Or, un soir de fête, un clown anglais le remarque et l’engage à titre d’assistant dans son cirque. Rafael fait bientôt partie de la distribution avec son personnage Chocolat et joindra, plus tard, le clown blanc Foottit avec qui il montera un duo qui les rendra célèbres. Au sommet de sa gloire, Rafael se marie et fonde une famille, mais les années et la mode des clowns passant, le clown noir recycle alors son numéro dans les hôpitaux pour amuser les enfants malades. Il terminera sa carrière sous le chapiteau du cirque Rancy. Un dossier documentaire, étayé de photographies et d’images d’archives, complète ce portrait touchant reflétant l’histoire des Noirs à travers l’art clownesque. [SDM]

Voici Viola Desmond

Elizabeth MacLeod
2018
923.6716 D464m

Dans un format entre l’album traditionnel et la bande dessinée, cette collection retrace la vie de Canadiens qui se sont démarqués dans des domaines diversifiés et ont contribué à faire avancer la société par leur engagement, leur courage et leurs idéaux. On rend ici hommage à Viola Desmond, une femme noire originaire de Nouvelle-Écosse. Parce qu’aucune école ne veut la former en raison de la couleur de sa peau, elle étudie l’esthétique à Montréal, Atlantic City et New York avant d’ouvrir son propre salon à Halifax, où elle fonde également sa propre école et connaît un grand succès auprès de sa clientèle. Par un soir pluvieux de novembre 1946, la jeune femme se retrouve en panne de voiture alors qu’elle est de passage à Glasgow. Pour tromper l’ennui en attendant qu’on la répare, elle s’offre une sortie au cinéma et refuse de s’asseoir au balcon, la section réservée aux gens de couleur. Expulsée du parterre par les policiers, elle est conduite en prison et le tribunal la condamne à payer une lourde amende. Soutenue par certains amis et découragée par d’autres, elle décide de raconter son histoire «The Clarion» (le premier journal de Nouvelle-Écosse appartenant à des Noirs) et de porter sa cause devant la Cour suprême du pays avec l’aide de la Nova Scotia Association for advancement of coloured people. Elle ne gagnera pas sa cause, mais deviendra une pionnière en matière d’égalité raciale au Canada. Sa jeune soeur Wanda poursuivra d’ailleurs son combat et, en 2010, le premier ministre Darrel Dexter lui présentera des excuses officielles et lui octroiera le pardon absolu. [SDM]

Critique : Un portrait vivant et dynamique de cette grande femme, dont on salue le courage, la dignité et la persévérance, elle qui devint la première Canadienne représentée seule au verso d’un billet de banque, à savoir le dix dollars canadien émis en 2018. Le texte très accessible, qui se raconte comme une histoire, est mis en images avec efficacité par des illustrations réalistes de type BD (auxquelles sont intégrés de multiples phylactères), qui marient esquisses à l’encre noire, aquarelle et gouache afin de camper la gracile dame vêtue d’un élégant manteau mauve dans des décors travaillés avec soin. Une chronologie résume le propos en fin d’ouvrage. [SDM]

Rosa Parks

Lisbeth Kaiser
2018
923.673 P252k

L’album nous présente la personnalité de Rosa Parks, une militante pour l’égalité des droits entre les Noirs et les Blancs. Rosa a commencé à militer en refusant de céder sa place dans l’autobus à un Blanc. Puis, elle s’est déplacée vers Détroit où elle défendit le droit d’accès aux Noirs à l’éducation, au travail, à la propriété et au vote. En somme, elle fut l’étincelle par laquelle s’est formé un mouvement pour mettre fin à la ségrégation raciale aux États-Unis. [SDM]

Une collection qui permet de découvrir des vies de femmes hors-norme, lesquelles se sont démarquées par leur combativité en allant jusqu’au bout de leurs rêves. Il s’agit d’aventurières, d’artistes et de scientifiques, qui se sont distinguées dans des milieux où les hommes ont toujours été favorisés. Des peintures rétro illustrent les récits. [SDM]

I have a dream : 52 icônes noires qui ont marqué l’histoire

Jamia Wilson
2018
920.0092 W749i

Le livre nous présente cinquante-deux icônes de la culture noire. Chacune est présentée dans une pleine page par un texte de quelques paragraphes. Une illustration de la personnalité en sérigraphie de synthèse, aux couleurs acidulées, accompagne chaque portrait. [SDM]

L’ouvrage présente des hommes et des femmes militants, artistes, sportifs et scientifiques. Ensemble, ils ont fait avancer les droits des Noirs et ils ont amené une part importante de la société à se transformer à leur contact. [SDM]

La véritable histoire d’Angela, qui manifesta au côté de Martin Luther King

Laurence Paix-Rusterholtz
2017
P149v

Alabama, années 1960. Angela est une jeune Afro-Américaine passionnée de lecture, qui s’insurge contre les multiples injustices dont est victime sa communauté de la part des ségrégationnistes, qui refusent de considérer les Noirs comme des citoyens à part entière. Aussi, lorsqu’elle apprend que le pasteur Martin Luther King est de passage à Birmingham et qu’il organise une grande marche pacifiste visant à faire reconnaître leurs droits, elle décide d’y participer avec son ami Tony. Les manifestants se heurtent malheureusement à la méchanceté des Blancs et des forces policières, qui lâchent des chiens dans la foule, les arrosent avec des boyaux d’incendie et multiplient les arrestations brutales. Après avoir vu ses parents emprisonnés, la fillette trouve refuge chez les Taylor, les employeurs de sa mère, qui lui offrent un soutien totalement inattendu… [SDM]

Un roman de lecture facile qui s’insère dans une collection proposant de lever le voile sur un thème historique qu’on développe sur des pages documentaires insérées à même l’histoire. Sous ce titre, ces dernières sont consacrées au commerce des esclaves, à la Ségrégation, au boycott de Montgomery ayant suivi l’arrestation de Rosa Parks, à Martin Luther King, à la non-violence dont Gandhi et Mandela sont également des adeptes, ainsi qu’à la Marche pour les droits civiques ayant eu lieu à Washington le 28 août 1963. Des illustrations de type BD animent le tout. [SDM]

Le courage de Desmond : une histoire sur le pardon

Desmond Tutu
2013
T967c

Desmond, un enfant noir, est très fier de sa nouvelle bicyclette. En tournant le coin d’une rue, il voit une bande de garçons blancs s’avancer vers lui pour lui bloquer le passage. Par crainte de se faire voler sa nouvelle acquisition, le garçon pédale plus vite. L’un d’eux, un rouquin, lui hurle alors une terrible insulte. Troublé par l’insulte, le garçon raconte au père Trevor les événements. Malgré les propos pacifiques du père en question, le garçon lui fait part de son désir de se venger. Le lendemain, Desmond profite du fait qu’il croise de nouveau le garçon roux pour lui crier à son tour une insulte. Malheureusement, sa vengeance lui laisse un goût amer dans la bouche. Le bon père Trevor lui dit alors que la rancune emprisonne, tandis que le pardon libère. Mais le garçon ne se sent pas prêt à pardonner, du moins, jusqu’à ce que l’enfant noir surprenne le garçon roux en train de se faire molester par ses deux frères. [SDM]