Le vide de nos coeurs – ROMAN

vide_coeurs.jpgsuper_bouquin
Roman psychologique au cours duquel on suit la démarche d’Aysel (17 ans), qui souffre d’avoir eu un père incarcéré et a peur de lui ressembler, et de Roman (alias Frozen Robot) qu’elle constate par le biais d’un site web afin de planifier leur suicide mutuel. Ce dernier impassible et froid se livre peu à peu à Aysel et lui confie qu’il porte aussi en lui une tragédie familiale et un fort sentiment de culpabilité dont il ne parvient pas à se libérer. Ensemble, ils vont s’ouvrir l’un à l’autre et enfin pouvoir tout dire, jusqu’au désir de vouloir en finir, sans tenter d’en dissuader l’autre. Or, ce faisant et à force de se découvrir et de se comprendre, une toute petite lueur d’espoir apparaît dans le coeur d’Aysel. Mais sera-ce suffisant? [SDM]
Critique : Un roman à la fois sombre et lumineux dans lequel on plonge avec la peur de voir les deux héros commettre l’irréparable. Les personnages aux antipodes évoluent par de courts chapitres et à travers des dialogues sans dentelle et des parts d’introspections nuancées qui construisent peu à peu le tableau de leur relation. Le dénouement ouvert (qu’on peut choisir de lire en premier…), qui suit une montée d’intensité allant crescendo, permet aussi d’assister à ces secrets douloureux, racontés parfois avec dégagement, mais dont on n’a pas retiré la part silencieuse marquée par des émotions fortes. Les thèmes de la dépression, du deuil, du pardon et de la mort, mais aussi de l’écoute et de la résilience y sont habilement traités, sans tomber dans la mièvrerie. Un commentaire de l’auteure conclut l’ouvrage en invitant les jeunes souffrant de dépression ou sujets à des idées suicidaires, ou leurs proches, à se confier à des d’oreilles attentives, malgré qu’on ne fournisse pas de références particulières pour leur venir en aide. [SDM]

Les mystères de Larispem – ROMAN

mysteres_larispem.jpgsuper_bouquin
1899. Au terme de la Seconde Révolution ayant eu lieu 30 ans auparavant, les Communards ont pris le contrôle de la Ville Lumière, désormais connue sous le nom de Larispem: un sobriquet tiré du jargon des bouchers (les louchébems), qui constituent la caste forte d’une cité-état indépendante et égalitaire que les aristocrates ont dû fuir au terme d’un rude combat mené aux côtés de leur chef de file, le mage noir Louis d’Ombreville. Si ce dernier a sacrifié sa vie pour assassiner l’un des trois leaders de la Commune, ses héritiers (auxquels il a transmis ses puissants pouvoirs par un rituel sanguin) complotent toujours dans l’ombre et sont bien décidés à profiter des festivités entourant le passage au nouveau siècle pour venger sa mort et reconquérir les privilèges auxquels on les a forcés à renoncer. Liberté Chardon et son amie Carmine Noir voient d’ailleurs leurs vies menacées lorsqu’elles se retrouvent accidentellement en possession d’un cahier crypté renfermant des informations cruciales pour ces Frères du Sang et l’armée qu’ils souhaitent lever. Tout ceci aurait-il un lien quelconque avec les terribles migraines et saignements de nez dont souffre depuis peu un jeune orphelin prénommé Nathanaël, qui découvre qu’un dénommé monsieur Valentine se livre à d’étranges expériences sur le sang des pupilles de l’État? [SDM]
Critique : Un roman uchronique à saveur steampunk, campé dans le Paris de l’aube du 20e siècle, dont le visage a été radicalement modifié par la victoire des Communards et un régime populiste dirigé par une femme. Aristocrates et membres du clergé ne sont plus les bienvenus dans cette capitale rétrofuturiste méconnaissable au milieu de laquelle se dresse une tour où des ingénieurs travaillent d’arrache-pied pour donner vie aux machines du romancier visionnaire Jules Verne (qui est d’ailleurs appelé à jouer un rôle plus important dans le tome à venir). C’est dans ce cadre original et captivant (étoffé par les citations de personnages historiques fictifs ouvrant chaque chapitre) que se croisent les destins de trois adolescents de 15 ans atypiques, aux personnalités bien affirmées: Liberté, provinciale rondouillarde aspirant à devenir ingénieure, Carmine, apprentie bouchère issue d’une famille d’anciens esclaves, et Nathanaël, orphelin atteint d’un mal mystérieux. Mystère entourant un carnet code, secrets de famille, recherche d’emploi, volonté de se réaliser, inquiétudes familiales ou encore attaques terroristes perpétrées par une secte pratiquant la magie noire composent une intrigue solide et complexe, narrée d’une plume fluide et pleine de sensibilité. L’argot des bouchers qui émaille les dialogues contribue à rendre vivant la société dépeinte avec soin, tout comme les illustrations stylisées, qui en restitue l’ambiance mystérieuse et inquiétante. Une oeuvre foisonnante au suspense bien maintenu, qui s’est méritée le premier prix de la deuxième édition du concours Premier roman Gallimard-RTL. À compter de 13-14 ans. [SDM]

Sauveur & fils. 1 – ROMAN

sauveur_fils.jpgsuper_bouquinTandis que Sauveur, originaire de la Martinique, tente d’aider ses patients, jeunes et moins jeunes, à surmonter leur problème (délire paranoïaque, incontinence, automutilation, etc.), lui-même devra bientôt faire face à un passé qu’il tente de cacher à son fils. Au fil des pages, on suit la progression psychologique de Sauveur et de son fils Lazare ainsi que celle des personnes de leur entourage. [SDM]
Un roman réaliste qui malgré les nombreux sujets difficiles qu’il aborde est empreint d’une bonne dose d’humour. Le tout met en scène des personnages attachants aux prises avec des secrets. Une lecture à réserver aux bons lecteurs qui est susceptible de plaire à un large public. Une suite à venir. [SDM]



ALBUM PHOTOS